Frédéric Moron, responsable de l'agence Abalone à Angers

Je suis responsable de l’agence Abalone à Angers, agence d’emploi d’intérim qui a été ouverte il y a 5 ans. Aujourd’hui je suis présent auprès du public pour le dispositif connect’ emploi pour apporter mon regard de chef d’entreprise sur le monde du travail, faire en sorte d’apporter des astuces, des clés aux demandeurs d’emploi sur leur façon d’aborder la démarche de recherche d’emploi.

 

Leur dire ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire, en tout cas leur donner le regard de l’entreprise lorsqu’elle recrute pour peut-être faire sauter certains clichés qu’on pourrait avoir en se disant : finalement l’entreprise est comme un demandeur d’emploi, si elle recrute aujourd’hui c’est qu’elle a une activité à faire tourner, un business à développer et lorsqu’elle fait un recrutement elle espère trouver son futur collaborateur. Donc elle est en attente mais elle a aussi besoin d’être rassurée. Je vais avoir ce discours auprès du public aussi pour eux les rassurer dans leur démarche d’emploi, leur donner les tuyaux pour être capable de mettre en avant leur parcours, leur profil, qui ils sont et de donner envie/ rassurer une entreprise et lui permettre de se dire «  je suis son collaborateur de demain ».

 

Voilà en résumé le contenu des échanges qu’on a eu avec les différentes personnes sur la session. Sur le dispositif c’était ma première intervention j’étais venu au tout début pour connaître les gens, leurs motivations à l’intégration du dispositif et là je viens en apportant mon regard de chef d’entreprise/recruteur pour leur donner des éléments utiles dans leur recherche d’emploi

Jean-Pacôme, demandeur d'emploi

j’ai eu l’opportunité de connaître Connect’ emploi, je ne connaissais pas cette association. Comme son nom l’indique c’est un organisme qui nous permet de nous reconnecter au marché de l’emploi dont nous avons bénéficié pendant 6 semaines de conseil par rapport au marché de l’emploi du bassin angevin.

 

Ca nous a permis d’avoir des clés, des outils qui vont nous permettre d’aller sur le marché pour nous reconnecter à la demande d’emploi. Ca a été une grande opportunité, une chance aussi grâce aux professionnels que nous avons rencontré, aux chefs d’entreprise qui nous ont donné les clés de cette recherche et de nous donner aussi la motivation d’aller dans ce sens là. Ca nous a beaucoup apporté donc merci Connect’ emploi.

Florian, demandeur d'emploi

J’ai 21 ans, j’ai connu Connect’ emploi grâce à mon coloc qui est dans l’association, qui y travaille, et j’ai été mis en contact avec le formateur de cette formation. j’ai pour projet de trouver un emploi, peaufiner tout ce qui est CV, lettre de motivation, m’exercer aux entretiens, tout ce qui est pour le travail pour ensuite avoir assez de budget pour faire ma marque de vêtement dans le monde du skate.

 

C’était vraiment bien j’ai appris beaucoup de choses à retenir pour la suite. C’est sur la longue durée, ce qu’on nous dit maintenant ça nous servira pour toute notre vie, c’est super intéressant. Au début j’avais des réticences quand on dit « une formation de 5 semaines » ça peut être long. En fait non puisqu’il y a une façon de faire dans Connect’ emploi... ça crée une famille, ce n’est pas qu’un groupe comme ça.

 

Tous les jours dans cette formation il y a des liens qui se créent de plus en plus, tout le monde se connaît, tout le monde se parle. Il y a un aspect professionnel très intéressant et même dans la vie personnelle Brigitte a fait beaucoup d’exercice sur nous, sur notre passé pour envisager le futur, donc je conseille cette formation.

Stanislas, demandeur d'emploi

J’ai 22 ans, en ce moment je suis entrepreneur et je suis en service civique à Pôle In. Connect’ emploi ça m’a donné du réseau, du filon, des aides pour construire mon projet du coup c’est vraiment un accompagnement qui va je suis sûr m’aider à atteindre mes objectifs.

 

Mon projet professionnel ça va être de livrer des repas à domicile mais le but c’est de créer une nouvelle gamme de produits entre le street food et le healthy donc on compte assez vite prendre la ville d’Angers, tester le produit et ensuite se répandre sur toute la France. Au niveau pro ce que ça m’a apporté c’est les contacts avec l’Aldi, je comptais vraiment faire ça à ma façon, me débrouiller et ce contact m’a fait avoir une autre vision des choses, de la développer et de l’ouvrir au niveau professionnel.

 

Et au niveau humain c’est une super expérience, on rencontre de super personnes, je sais que je vais sûrement les revoir, on crée des vrais liens. Nous on a la chance d’avoir Brigitte, je pense que c’est important d’avoir quelqu’un qui anime, qui fait vivre les choses, qui partage beaucoup donc c’est ce qu’il y a de plus important. Ce n’est pas facile parce qu’on est tous là avec nos caractères, tous différents, de nous faire avancer tous ensemble avec un rythme différent. C’est une autre mentalité que l’école en France c’est ça qui est sympa.

Brigitte Artu, animatrice Connect' emploi

Je suis consultante dans les ressources humaines, j’ai été sollicitée par Gilles qui est responsable de l’association Pôle In 49 pour intervenir sur le dispositif Connect’ emploi. C'est un dispositif d’accompagnement pour un groupe de petite taille entre 6 à 8 personnes, 6 en ce moment avec les contraintes du covid, qui sont un peu perdus dans leur recherche d’emploi et qui ont vraiment besoin d’avoir de l’aide à la fois pour reprendre confiance en eux au départ et puis savoir parler de ce qu’ils ont fait et faire le point sur ce qu’ils pourraient faire, ce qu’ils sont capables de vendre sur un marché de l’emploi.

 

J’ai commencé ce dispositif depuis 3 semaines et demi maintenant avec surtout dans une première partie une mise en relation des personnes entre elles, j’ai essayé de les aider sur le fait de recenser leurs points forts et les points qu’ils ont besoin de travailler qui peuvent toucher au professionnel mais aussi à l’expression d’eux-mêmes. L’idée c’est d’être dans un groupe très interactif et où il y a vraiment une dynamique, un soutien entre les différents membres du groupe et faire aussi avec tout ce qu’il se passe. C’est-à-dire que pendant un parcours comme ça d’accompagnement il y a des événements personnels et professionnels qui arrivent aux gens et on s’en sert au niveau du groupe pour avancer, notamment une personne par exemple qui est convoquée à un entretien : on va utiliser cette occasion pour que la personne fasse une simulation. Tout le monde va participer, chacun va donner son avis et du coup ça va être aidant pour la personne.

 

Aujourd’hui on en est à un stade où on on a fait un mini bilan de compétences de groupe où chacun a fait le point sur ses éléments de personnalité et ses compétences professionnelles. Maintenant l’idée c’est que ces personnes puissent en parler, s’approprier un discours pour en parler avec le plus de conviction possible et le plus clairement possible à un recruteur. On est en train de travailler les CV. Et il est bon de préciser que parmi tous les gens qui sont là tous n’ont pas une recherche d’emploi imminente à faire, il y a aussi une personne qui travaille sur une création d’entreprise, deux personnes qui veulent faire des reconversions professionnelles donc on travaille les dossiers de motivation qu’il faut déposer. Tout ça est partagé en groupe et on est aussi sur des périodes, matinées ou après-midi où on est plus en entretiens individuels parce qu’on doit travailler de manière plus spécifique le projet de chacun.

 

L’idée c’est qu’à la fin de ce processus, les gens aient tous les outils dont ils ont besoin pour parler d’eux à la fois à l’oral et pour être capable de faire des candidatures , d’exprimer des motivations par écrit. Pour certaines personnes on travaille aussi sur les réseaux sociaux dont LinkedIn. Donc on a des personnes de profils très différents, d’âges très différents ça demande une forte capacité d’adaptation mais je pense que eux aussi ont besoin de s’adapter les uns avec les autres. Il y a une belle dynamique de groupe et l’idée c’est vraiment qu’à la fin du dispositif qui s’arrêtera jeudi prochain, que les gens soient équipés, soient capables d’être autonomes et on a déjà commencé des démarches.

 

Il y a une personne qui fait partie d’un groupement d’employeurs d’Angers qui est venue hier, ce matin on a une personne qui est responsable d’une société d’intérim...L’idée c’est de mettre les gens en action et en interaction avec des recruteurs pour qu’ils comprennent comment ça marche de l’autre côté et comment les recruteurs sélectionnent des candidats ou pas. Que les personnes soient le mieux équipées possible tant professionnellement que personnellement pour être sur un marché en démarche et de faciliter les contacts avec des personnes qui peuvent être dans d’autres réseaux. C’est une aventure parce que chaque jour on ajuste, on modélise, on change, on adapte par rapport à ce qu’il se passe pour chacun, on ne sait pas comment ça va se passer. C’est bien d’avoir une méthodo de base, puisque je fais ce métier depuis un certain temps, mais en même temps on est avec des humains avec leurs limites, leurs possibilités, leurs forces et c’est un dispositif qui demande beaucoup d’adaptation, qui est très riche et je souhaite juste que chacun puisse trouver sa voie.